Salut la compagnie,




Le déluge s’est enfin calmé ici, Noé a range son arche, les ruisseaux ont retrouvé leurs lits et le soleil est de nouveau parmi nous ! Je pourrai même dire qu’après avoir été emprisonné pendant deux semaines voila que le fugitif nous sort son plus bel apparat. Merci a ses geôliers de l’avoir libéré !




Le moral est au beau fixe, le temps passe à vitesse grand V et l’ambiance au campus a quelque peu des airs de Club Med ! Jeudi dernier, nous avons célébré le fameux « Gandhi Day », jour anniversaire de la naissance du Mahatma. Nous avons voulu faire de ce jour un jour exceptionnel…et il fut a la hauteur de nos espérances ! Nous avons d’abord composé un anagramme franco-anglais totalement déjanté en l’hommage a notre grand maître puis une chanson assez ubuesque dont je tairait les paroles (eh mes nassalas, quel bon investissement nous avons fait en achetant ces flûtes enchantées a Mysore !) Prétendant ne pouvoir être égaler, Gobardan a tenter de nous prouver le contraire en écrivant a son tour un poème enflammé a l’image de son franc parler métaphorique.




Puis avec Matt, nous nous étions jurer de respecter les principes Gandhiens de paix, de gaieté et de simplicité en ce jour solennel. Revêtant le costume d’Amélie Poulain, notre but était de faire sourire Homjong la volontaire korenne taciturne, d’accueillir comme il se doit les trois gambiens nouvellement arrivés et d’offrir a Gobardan un cadeau a la hauteur de son talent de poète! Nous nous sommes alors mis a la tache : nous avons acheté des fruits a Homjong pour rendre sa vie acidulée et « Sweety », nous avons confectionné un chapeau en feuille de Neem a Gobardan et nous avons propose aux Gambiens une partie de carte afin de faire plus ample connaissance !




Nous avons découvert avec Agathe… ah oui parce que j’ai oublie de vous dire mais une nouvelle volontaire française est arrivée a Gram Vikas depuis une semaine…je disais donc nous avons découvert a Mohuda, le village situe a 4 kilomètres du campus, une petite échoppe ou nous pouvons déguster du tchai a volonté pour la modique somme de 1,5 roupie ! Un vrai bonheur ! Nous avons donc profité de ce jour chômé pour faire une petite ballade dans les environs, admirer les paysages vallones et apprécier l’extravagance de quelques rencontres inopportunes avec les habitants des hameaux voisins. Une femme nous a accoste sur le bord de la route pour nous avertir des éventuels clowns que l’on risquait de rencontrer après le virage (elle faisait bien sur référence au bar situe en contrebas de la colline ou les hommes se réunissent pour boire du Mahula !...Et elle n’avait pas tort, le spectacle a été …disons excentrique !) Puis deux grands-pères fumant leurs cigarettes assis sous un manguier se sont amuses a nous tenir la causette pendant près de 10 min… en Oriya …nous apprenons a parler « corporellement »… il parait que seulement 10% de la communication passe par la parole…nous voila donc sauves !




En fin de journée, direction Berhampur avec tous les volontaires ! Je me suis jetée à l’eau et j’ai risque ma chevelure chez un coiffeur indien en priant Dieu de ne pas en ressortir méconnaissable. Eh bien figurez-vous que j’ai réussi a dénicher un petit salon génialissime au coup de ciseau ma foi très professionnel ! Nos coiffeurs peuvent bien rougir, une coupe réussie pour un prix 20 fois inférieur a ce que nous laissons amèrement a nos stylistes du poil crânien !




Berhampur est synonyme pour nous de péripéties depuis quelques temps. Il nous en arrive de ces bonnes ! Vendredi le bus nous a laisse en plan ! Nous avons galere pour trouver un taxi qui daigne vouloir nous ramener jusqu'à Mohuda ! et qui plus est le montant de la facture a été …salé !! Hier, les rickshaws se sont amusés a nous faire tourner en rond pour faire monter les enchères… au bout du compte ils nous déposent au milieu de nulle part et nous demande une somme astronomique. Notre course folle dans Berhampur pour attraper le bus a temps restera mémorable !! Et puis il y a eu aussi de nombreuses tentatives de diversion pour tenter de faire pipi derrière les tas de briques a l’abris des regards inquisiteurs… mais échec total … mon coequipier a pourtant bien essayer de me tirer d’affaire ! Quand on est une femme en Inde, mieux vaut avoir des vessies extensibles !




Apres ces 10 jours de train-train et de routine dans un campus habité par les scorpions (oui vrai de vrai ! Elisabeth, la volontaire américaine, n’a pas trouve mieux que d’enfermer la méchante créature sous un verre et de la scruter « paranoiaquement » toute la nuit en guettant ses moindres faits et gestes !) et par des gens tous plus excentriques les uns que les autres (en témoigne le « Ragayana Man » qui ne peut pas faire 10 mètres sans utiliser sa voiture, laquelle d’ailleurs chantonne un air de carte postale d’anniversaire quand elle recule !}… après donc ces 10 jours de folies, d’écran d’ordinateur, d’échange de sagesses françaises contre des sagesses américaines…je décide de lever le camp ! Le compte a rebours va bientôt commencer, je pars lundi pour Bhubaneswar pour passer deux jours en compagnie de Nayan et je vais ensuite retrouve mes compagnons les volontaires a Puri. S’en suit une escapade dans le district de Kalahandi ou nous allons peaufiner notre travail avec les villages tribaux que nous avons du quitter a contrecoeur la fois dernière. Au total, je vais donc être évaporée pendant trois semaines dans la nature… peut être même un mois si les coordinateurs acceptent de rester avec nous une semaine supplémentaire dans les villages.




La semaine de vacances a venir s’annonce particulièrement fun. Ce sont les fêtes de Durga Puja célébrées en l’honneur de la Mother Goddess. Toutes les villes sont totalement illuminées ... c’est Noël en plus kitch, dans un style indien quoi! Des statues de la déesse aux dix bras sont déposées un peu partout, l’encens embaume les rues et la musique égaie les rues emplies de fidèles. Je m’attends a voir des belles parades, des défiles colores et des temples endiables (non ne voyez rien d’antinomique dans cette expression !!) … Et puis c’est les doigts de pied en éventail que nous allons profiter de Puri, de sa plage, de son allure de station balnéaire. Nous avons investis dans le frisbee et le hamac, … et nous comptons : boire des bières a gogo, faire des châteaux de sable, manger des tonnes fruits de mer et des pancakes, faire des courses de vélo dans les rues bondées, prendre un bain de minuit, assister au lever du soleil a Konarak, chanter du Jacques Brel et du Bob Dylan et s’aventurer dans les marches en se fondant pour un temps dans un costume de touriste a trois franc six sous, tong et lunettes de soleil obligatoires !




Je soupçonne Gobardan d’avoir essayer de m’empoisonner samedi ! Il m’a emmené en cachette a Tamana (si quelqu’un vous demande, j’étais bien sur en meeting avec le président du comite de village!), une bourgade prés de Mohuda pour déguster quelques snacks et visiter un temple dédié a Krishna… Bora, Samosas, petites pâtisseries locales appréciables mais je pense pas très fraîches ! Résultat : un estomac en vrac… mais une partie de fou rire avec l’énergumène !




Je ne peux terminer ce mail sans faire un petit aparté sur la situation économique de ces dernières semaines… je ne vois qu’une seule chose a dire… le capitalisme s’autodétruira …mais avuons-nous le …on le savait déjà…je ne vous apprends pas grand-chose !




Je pense a vous souvent meme si

je vis quelque chose d'inoubliable ici

... le plus dur dans les voyages ce n'est pas de partir mais de savoir revenir